The origin of skin colors

About 7 million years ago, when the human lineage progressively separated from our closest cousins, chimpanzees and bonobos, our ancestors, like other apes, had a lightly pigmented skin covered with body hair. Even if their skin was vulnerable to UV radiation, their hair protected them from the sun. About 2 million years ago, in Central Africa, our previously mostly vegetarian ancestors became effective hunters by specializing in long distance running. They could kill animals by pursuing them until they died of exhaustion during the hottest hours of the day. This specialization transformed the human body in two ways: humans lost most of their body hair and acquired the ability to sweat in large quantities in order to cool down the body during long runs. This is the remote origin of marathon runners.

One little precision is necessary here on the mechanism of natural selection. It is not possible to transmit to one’s children characteristics that have been acquired in one’s lifetime. Every child is born slightly different than his parents. In the previous example, a child can by chance be born with less body hair than his parents or with a greater ability to sweat. If the fact of being born with less body hair allows him to be a more efficient hunter (as he feels less hot when running), then he may have better chances to transmit this characteristic to his own children. Children born as hairy or more hairy than their parents probably had a harder time to hunt, feed themselves and have children, so their characteristics disappeared in the following generations.

Two million years ago, our ancestors thus became lightly pigmented and hairless in Central Africa. They did not stay lightly pigmented for long, because UV radiation has devastating health consequences on lightly pigmented skin. Among others things, UV radiation can destroy the vitamin B9 (also known as folate) present in the body. Since this vitamin is indispensable for cell division and pregnancy, our ancestors’ skin began to darken. Since scientists have understood the key role of this vitamin during pregnancy, it is given to every expectant mother. As in the case of body hair, some children were by chance born with a darker skin than their parents. They had better chances to have children than the others because they kept more of their vitamin B9, so their characteristic became dominant in the following generations.

This is how dark skin has served as a natural sunscreen for all the members of the genus homo in Central Africa for two million years. We will now see how the members of the genus homo who left Central Africa have acquired a lightly pigmented skin again.

In the last two million years, several members of the genus homo have left Central Africa at different times. I will speak here about Neanderthals (our remote cousins) and Homo Sapiens (our common species), in particular those who have settled in Southern Africa, Europe and Asia. Neanderthals are a dead branch of the genus homo and lived mostly in Europe and Western Asia. The separation between the Neanderthal lineage and the Sapiens lineage dates back to roughly 600.000 years in Africa. Neanderthals have thus far not been found by archaeologists after 30.000 BCE. Scientists have recently found out that they had mixed with the earliest homo sapiens in Eurasia and that they transmitted between 1 and 4% of their genes to present day non African people. The genetics of Neanderthals has shown that they had a lightly pigmented skin, and in some cases freckles, which some of us have inherited from them.

How did Neanderthals end up with a lightly pigmented skin? When the ancestors of Neanderthals left Central Africa on their way to Eurasia, they faced a less and less sunny climate. This soon created health problems, because exposure to UV radiation is the main source of vitamin D for humans. Vitamin D allows us to fix calcium on our bones as they grow. A lack of vitamin D can lead to a disease called rickets, in which leg bones are too fragile to support the weight of the upper body and become crooked. The dark skin of the ancestors of Neanderthals protected them from the sun but it also prevented the body from generating enough vitamin D because it blocked the penetration of UV radiation into the skin. Those who were randomly born with a lighter skin color than their parents have grown better in their new environment because they could generate enough vitamin D and have thus been able to transmit this characteristic to their children. Those born with a darker skin had a harder time to grow and have children so their characteristic disappeared in the following generations. Neanderthals’ skin color was a balance between the necessity to preserve vitamin B9 from being destroyed by UV radiation and the necessity to let enough UV in to generate vitamin D.

This scenario repeated itself  a few hundred thousand years later for the Sapiens who have left Central Africa in the last 150.000 years. It is interesting to note that the same vitamin D problem has led to three different solutions among Homo Sapiens populations. The earliest Sapiens populations in Southern Africa, Europe and Asia have all acquired a lighter skin color, but in each case different genes are involved and different skin tones have appeared. The genes involved in the process are not at all the same as those of the Neanderthals. The San populations of Southwest Africa have a much lighter skin color than the populations of Central Africa, but their skin does not look like the skin of Asians or Europeans. This reminds us that in general, natural selection does not lead to uniformity but to diversity. From the common ancestor of all fish, natural selection has not formed one only species of super fish replacing all the others but instead a great variety of fish of all colors and sizes, each adapted to different ecological niches.

When did the skin of San, Europeans and Asians get lighter? We know that the ancestors of the San arrived in Southern Africa 150.000 years ago and that the ancestors of Europeans and Asians have settled most of Eurasia since roughly 50.000 years. However, they probably kept a dark skin for a long time. Genetic studies on European populations indicate for instance that the main genes now involved in the depigmentation of the skin have appeared less than 20.000 years ago, in the context of the last glacial maximum.  The problem of vitamin D and the natural selection pressure must have been even more serious then because the very low temperatures in Northern Eurasia probably did not incite humans to stay outside for too long.

What shall we conclude from all this? Our ancestors were all black until a quite recent date in the history of the genus homo, which started more than two million years ago. Among Homo Sapiens as well as among Neanderthals before them, skin color is determined by the balance between two opposite necessities: the skin has to be dark enough to preserve vitamin B9 from UV radiation and to have good chances to have children; however, in a less sunny environment, the skin has to be lightly pigmented enough to allow vitamin D production during exposure to UV radiation. The result is an infinite variety of skin tone nuances in human populations depending on the level of UV radiation in the environment of their ancestors and the mixing of populations of different origins. Our skin color does not make us smarter or dumber, superior or inferior, it only allows us to regulate our vitamin intake according to the environment our ancestors lived in a few thousand years ago. For those of us who, voluntarily or involuntarily, do not live at the same latitudes at all than these ancestors, it is recommended to have a doctor regularly check our skin and our stocks of vitamin B9 and D in order to stay in good health.


To know more about skin colors, you can watch Nina Jablonski’s video in the recommended videos post or read her book Living Color, Berkeley, University of California Press, 2012. The origins of long distance running have been researched among others by Daniel Lieberman from Harvard. Here is a conference he gave for the Leakey Foundation.

https://www.youtube.com/watch?v=cSQl5wZ4g6I

To learn more on depigmentation, you can read Sandra Beleza et alii’s article, The Timing of Pigmentation Lightening in Europeans, published in 2013 in Molecular Biology and Evolution and accessible here:

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3525146/

Publicités

Ce que je faisais avant de me lancer dans l’histoire du monde/ Research I did before world history

undefined

J’ai travaillé pendant une dizaine d’années sur le commerce de l’Océan Indien et l’Islam en Asie du Sud-Est, en particulier sur Aceh (Indonésie). Mes articles sur ces sujets sont accessibles ici:

https://inalco.academia.edu/PaulWormser

Pour ceux qui préfèrent les vidéos, j’ai été invité en 2014 par Sanjay Subrahmanyam à participer au colloque « Commerce et croyances dans l’Océan Indien » au Collège de France. Mon intervention, qui portait sur l’Islam et les rois marchands du monde malais, a été filmée et est disponible ici:

https://www.college-de-france.fr/site/sanjay-subrahmanyam/seminar-2014-06-06-09h00.htm

I have worked for about ten years on the history of Indian Ocean trade and Islam in Southeast Asia, especially in Aceh (Indonesia). My articles on these topics are available here:

https://inalco.academia.edu/PaulWormser

For those who prefer videos, Sanjay Subrahmanyam invited me in 2014 to the « Commerce and Beliefs in the Indian Ocean » conference at the College de France. My communication on Islam and the merchant kings of the Malay World can be watched here (in french):

https://www.college-de-france.fr/site/sanjay-subrahmanyam/seminar-2014-06-06-09h00.htm

Grands singes, hommes préhistoriques et chasseurs-cueilleurs/ Primates, prehistoric men and hunter-gatherers

great_apes_1x4_352608

Ceux qui veulent parler de la nature humaine se réfèrent à trois comparaisons: la comparaison avec les grands singes, la comparaison avec les hommes préhistoriques et la comparaison avec les chasseurs cueilleurs actuels. L’idée derrière cette comparaison est que chacun de ces exemples donne une image de ce à quoi les hommes ressemblaient à l’origine. Ces comparaisons peuvent par exemple servir à présenter toutes sortes d’arguments sur le caractère inévitable de la domination masculine, des inégalités ou de la guerre. Malheureusement, la situation est dans chacun de cas beaucoup plus compliquée que prévue: il n’y a pas de modèle unique chez les grands singes, ni chez les hommes préhistoriques ni chez les chasseurs cueilleurs. Pour ceux que ces questions intéressent, vous pouvez lire « So many primates » sur les grands singes

https://www.livinganthropologically.com/biological-anthropology/so-many-primates-primatology

et « Many ways of gathering and hunting » sur les chasseurs cueilleurs

https://www.livinganthropologically.com/archaeology/gathering-and-hunting

sur le blog de Jason Antrosio (Hartwick College), ainsi que le texte « How to change the course of human history (at least the part that’s already happened) » de David Graeber et David Wengrow sur les hommes préhistoriques

https://www.eurozine.com/change-course-human-history .

Pour ceux qui préfèrent les vidéos, les mêmes auteurs ont filmé en 2015 leur conférence « Paleolithic politics and why it still matters »

http://radicalanthropologygroup.org/av/video/palaeolithic-politics-and-why-it-still-matters .

Sur la question plus spécifique de la domination masculine vue par l’anthropologie et l’archéologie, vous pouvez regarder la conférence « Histoire et préhistoire de la domination masculine » de Christophe Darmangeat et Jean-Marc Pétillon en lien en bas de page. Il est aussi possible de lire la transcription de leur texte ici: https://drive.google.com/file/d/1yb31yxCBOxzR9HmDCl5_YM2Zmt2Um5mq/view

Those who want to talk about human nature use three comparisons : the comparison with primates, the comparison with prehistoric men and the comparison with present day hunter-gatherers. The idea behind this comparison is that all of these examples can give us an image of what humans looked like originally. These comparisons can for instance be used to present all sorts of arguments on the inevitability of male domination, social inequality or war. Unfortunately, in each case the situation is much more complicated than we would think: there is no unique model among primates, prehistoric men or hunter-gatherers. Those who would like to know more on these matters can read « So many primates »

https://www.livinganthropologically.com/biological-anthropology/so-many-primates-primatology

and « Many ways of gathering and hunting »

https://www.livinganthropologically.com/archaeology/gathering-and-hunting

on the Living Anthropologically blog by Jason Antrosio (Hartwick College), and « How tochange the course of human history (at least the part that’s already happened) » by David Graeber and David Wengrow on the variety of social arrangements in late prehistory

https://www.eurozine.com/change-course-human-history

For those who prefer videos, the same authors have filmed their 2015 conference « Paleolithic politics and why it still matters »

http://radicalanthropologygroup.org/av/video/palaeolithic-politics-and-why-it-still-matters

Le mirage du sauvage

evolut10

Au 19e siècle, des penseurs européens ont transposé l’idée du progrès continu et irréversible des sciences et techniques aux sociétés humaines. Ils ont fait l’hypothèse que les sociétés humaines progressaient de façon continue et irréversible de l’état de nature jusqu’aux sociétés industrielles de leur temps. Cette hypothèse a pris le nom d’évolutionnisme social. Les sociétés qui n’avaient pas atteint le même stade de développement scientifique et technique que les sociétés européennes leur apparaissaient alors comme des témoins de stades plus anciens de l’évolution de l’humanité, des sortes de fossiles vivants, coincés dans le passé. Ce discours a servi de justification a posteriori de la domination coloniale: c’était la mission civilisatrice de l’homme blanc d’amener les populations arriérées sur le chemin du progrès. De nos jours, l’hypothèse du progrès continu et irréversible des sociétés humaines est toujours bien vivante. Elle prédit qu’un jour toutes les sociétés humaines seront capitalistes, économiquement développées et gouvernées par des démocraties libérales. Il y a plusieurs prédictions dans l’évolutionnisme social:

  1. Les sociétés humaines passent toutes dans le même ordre par les mêmes stades hiérarchisés: le stade des chasseurs cueilleurs, le stade de l’élevage nomade, le stade de l’agriculture sédentaire, le stade des villes et le stade de l’état.
  2. Il n’est pas possible pour une société humaine de revenir en arrière à des stades antérieurs.
  3. Une société qui a franchi un stade ne peut qu’y stagner plus ou moins longtemps. L’état des sociétés contemporaines est le reflet fidèle de leur passé depuis plusieurs siècles.

Ces prédictions ont été faites au 19e siècle par simple comparaison entre le domaine social et le domaine des sciences et techniques, sans aucune donnée pour les justifier. L’avantage des hypothèses est qu’il est possible de les tester quand de nouvelles données deviennent disponibles. Les progrès de l’archéologie depuis une trentaine d’années apportent des faits pour tester les différentes prédictions de l’évolutionnisme social.

La première prédiction se révèle fausse dans bien des régions. Alors que dans le modèle évolutionniste, les agriculteurs sont censés être les premiers sédentaires, l’archéologie du proche orient, de l’Asie du Nord Est ou de la côte Est du Pacifique montre que les premières sociétés sédentaires sont des sociétés de chasseurs cueilleurs. Deuxième problème: certaines sociétés domestiquent les plantes avant les animaux, comme par exemple en Mongolie ou en Afrique subsaharienne. On a beaucoup d’exemples d’agriculteurs sédentaires qui deviennent ensuite éleveurs nomades. Des agriculteurs semi nomades se retrouvent en Mésoamerique ou en Asie du Sud-Est. Plus tard, les Indiens du Midwest ont abandonné la culture du maïs pour l’élevage du cheval.  Les états qui sont apparus chez les éleveurs nomades ne sont pas des contre exemples anecdotiques, ils dominaient toute l’Afro-Eurasie connectée en 1300. Contrairement à ce que prédit l’évolutionnisme social, les trajectoires des sociétés humaines ont été très variées.

La deuxième prédiction est tout aussi fausse que la première. Les sociétés agricoles d’Amazonie sont revenues à la chasse et à la cueillette après le choc microbien du 16e siècle. De nombreuses sociétés d’Afrique Australe ont abandonné l’agriculture pour l’élevage ou pour la chasse et la cueillette, comme cela s’est produit aussi à Bornéo. La disparition des sociétés étatiques et le retour à des sociétés plus égalitaires s’est régulièrement produit aussi, comme chez les Mayas, chez les Indiens du Mississippi, en Afrique de l’Ouest forestière, aux Philippines, en Micronésie et en Mélanésie, dans l’Europe de l’âge du bronze… Les villes de la Vieille Europe ou de la civilisation de l’Indus ont disparu au 2e millénaire avant notre ère, comme celles du Haut Moyen âge européen.

La troisième prédiction est fausse aussi. Les sociétés décrites par les premiers anthropologues au 19e siècle ne ressemblent souvent en rien à celles qui les ont précédées sur le même sol. Pour des raisons de choc microbien souvent, comme en Mélanésie, de recomposition ethnique après les ravages des guerres ou des raids d’esclaves, comme dans les Grands Lacs américains ou en Afrique centrale, ou simplement pour des raisons de changement social endogène, comme dans le Grand Nord, l’Australie ou l’Afrique Australe.

Une conclusion simple s’impose: l’évolutionnisme social est une hypothèse fausse que nous pouvons à bon droit abandonner. L’évolution des sociétés est réversible et peut prendre plusieurs directions. Les sociétés dites traditionnelles n’ont jamais cessé de changer et ont une histoire aussi longue et mouvementée que les autres. Le sauvage à l’état de nature est un mirage qui n’a jamais existé.

 

Les nouvelles perspectives sur l’histoire du monde en résumé

En quelques mots, que changent les résultats récents des sciences du passé humain?

image cours 1

Partie 1: le peuplement de la planète

Nous savons maintenant grâce à la génétique que les hommes actuels ont tous une origine africaine récente.

Nos ancêtres communs étaient noirs et étaient encore tous en Afrique il y a moins de 150.000 ans.

L’éclaircissement de la couleur de la peau des ancêtres des Asiatiques, des Amérindiens et des Européens n’a eu lieu qu’aux alentours du dernier maximum glaciaire il y a 20.000 ans.

Nos ancêtres chasseurs cueilleurs ont eu depuis deux millions d’années une influence sur leur environnement. L’idée d’hommes proches de la nature et victimes de leur environnement est une illusion. En brûlant de façon contrôlée la forêt, ils ont favorisé leurs espèces animales et végétales préférées et transformé volontairement les paysages.

La domestication des plantes n’était pas possible avant -10.000 pour des raisons climatiques. Elle a été précédée par des millénaires d’arrachage des variétés de plantes qui répandent leurs graines pour faire survivre celles qui gardent mieux leurs épis. 

La domestication des animaux est initiée par les animaux pas par les hommes. Avant de pouvoir se reproduire en captivité, les animaux sauvages ont d’abord perdu tout seuls leur réflexe de fuite au bout de plusieurs générations à fouiller dans les poubelles des humains. 

Ce sont des chasseurs cueilleurs qui sont devenus les premiers sédentaires, potiers, hiérarchisés et constructeurs de monuments.

Il n’y a pas eu de révolution néolithique c’est-à-dire de passage rapide à l’agriculture et à l’élevage mais une transition sur plusieurs millénaires, avec des scénarios très différents selon les régions.

 

Tonantzin, déesse aztèque christianisée en Notre Dame de Guadalupe, sainte patronne du Mexique

Partie 2: les mondes indépendants jusqu’en 1500 (Afrique Australe, Amériques, Grand Nord, Pacifique)

Les sociétés des mondes indépendants jusqu’en 1500 n’étaient pas isolées les unes des autres.

Les réseaux formés avant 1500 ont ensuite transporté les marchandises, les maladies, les missionnaires et les soldats européens.

Les explorations et découvertes se font toujours avec des guides locaux suivant des réseaux locaux.

La colonisation n’a pas été une table rase, elle a été conditionnée par le passé des mondes rencontrés

Les maladies venues d’Europe ont fait mourir jusqu’à 90% des populations locales moins d’un siècle après le contact car elles n’avaient aucune immunité contre ces maladies.

Les sociétés décrites au 19e siècle ne ressemblent souvent pas du tout à celles des siècles passés.

Avant 1500, une grande variété de systèmes politiques se met en place, des plus décentralisés aux plus centralisés. Leur évolution n’est pas linéaire. Certaines sociétés abandonnent avant 1500 les villes, la centralisation politique ou les monuments pour revenir à des systèmes plus égalitaires. Ce sont des stratégies individuelles qui entraînent ces changements politiques. L’existence des systèmes centralisés dépend en général de leurs liens avec des voisins décentralisés.

Les systèmes décentralisés ont en général échappé plus longtemps à la colonisation. Les systèmes centralisés ont en général commercé plus tôt avec les Européens, ont été conquis plus tôt et réutilisés pour exploiter les populations locales.

Entre 1500 et la fin du 19e siècle, avant la conquête territoriale, les échanges avec les Européens renforcent certains chefs locaux, qui s’enrichissent et s’équipent de fusils.

Plusieurs dirigeants politiques locaux se sont convertis au christianisme au moment du contact pour se débarrasser de l’influence des religieux locaux et renforcer leur pouvoir personnel.

Les locaux essayent d’utiliser les Européens pour leur propre intérêt autant que les Européens essayent de les utiliser.

Partie 3: les origines de la mondialisation, de -10.000 au 14e siècle

Les sociétés d’Afro-Eurasie se connectent en s’échangeant des plantes et des animaux à partir de -10.000.  Ces échanges commencent bien avant les civilisations classiques et sont animés par des sociétés décentralisées.   

De -4.000 à -200, ces échanges s’intensifient en trois grandes bandes Est-Ouest. Dans la bande du Nord, qui va de l’Europe de l’Est à la Mongolie, les cultures des steppes domestiquent le cheval et développent la roue. Dans la bande centrale, du Nord-Est de l’Afrique à l’Inde, les grandes civilisations de l’âge du bronze (Egypte, Mésopotamie, Indus, Oxus) sont en contact grâce à leurs voisins décentralisés. Ces échanges sont permis par le développement de bateaux à voile au Moyen-Orient et par la domestication du chameau en Afghanistan, de l’âne au Soudan et du dromadaire en Arabie. Dans la bande du Sud, du Sri Lanka à la Chine du Sud, les sociétés côtières sont progressivement reliées par les bateaux à voile des Austronésiens, ancêtres des Indonésiens, des Malgaches et des Polynésiens.

En -200, les traditions de navigation moyen-orientales et austronésiennes se rejoignent au Sri Lanka. La Méditerranée et l’Afrique de l’Est peuvent échanger par bateau avec la Chine.

Des réseaux d’échange régionaux anciens rejoignent progressivement les trois bandes centrales de -200 à 1300. L’arrière-pays de l’Afrique de l’Est se connecte à l’Océan Indien. Les réseaux internes d’Afrique de l’Ouest sont connectés à l’Afrique du Nord par les nomades du Sahara. Le Nord et l’Est de l’Europe se connectent par les grands fleuves au Moyen-Orient et à l’Asie. La Chine du Nord, la Corée et le Japon se connectent aux routes terrestres et maritimes.

Entre -200 et 1300, on passe d’échanges de rares cadeaux diplomatiques chers et légers à des échanges entre marchands privés, avec un éventail de valeurs de plus en plus large et des volumes de plus en plus élevés.

L’intensification du commerce s’accompagne de la diffusion de nombreuses religions (judaïsme, christianisme, hindouisme, manichéisme, zoroastrisme). Le bouddhisme et l’Islam s’imposent comme les religions du grand commerce international.

Entre -200 à 1300, la majeure partie de l’Afro-Eurasie connectée passe progressivement sous le contrôle d’élites militaires nomades, sauf l’Europe de l’Ouest, l’Afrique de l’Ouest et de l’Est, l’Inde du Sud, l’Asie du Sud-Est et le Japon. Celles-ci font circuler les hommes, les marchandises, les religions, les sciences et techniques mais aussi les maladies d’un bout à l’autre de l’Afro-Eurasie.

Le boom du commerce s’accompagne de grandes avancées scientifiques et techniques en mathématiques, optique, navigation, astronomie, par le croisement des traditions savantes de langues arabes, indiennes et chinoises.

Les régions connectées d’Afrique et d’Asie deviennent très monétarisées grâce à l’or d’Afrique de l’Ouest, du Sud-Est de l’Afrique et Sud-Est de l’Asie.

Les pays d’Europe de l’Ouest obtiennent de l’Asie trois éléments importants entre 1000 et 1300 :

– un accès temporaire aux réseaux afro-asiatiques, qui leur donne envie d’y retourner quand cet accès devient presque impossible après la division de l’empire mongol.

– les moyens scientifiques et techniques de retrouver un accès aux réseaux afro-asiatiques par la mer (boussole, voile latine, astrolabe…).  

– une immunité partielle à un ensemble de maladies dévastatrices circulant en Afro-Eurasie. A partir du 15e siècle, les pays d’Europe de l’Ouest découvrent par accident les mondes indépendants (Afrique Australe, Amériques, Grand Nord, Pacifique) en cherchant des routes pour accéder aux réseaux afro-asiatiques. Les populations des mondes indépendants sont divisées par 10 en un siècle de contact par les maladies d’Afro-Eurasie contre lesquelles ils n’ont aucune immunité.

L’origine des couleurs de peau

Screen-Shot-2019-01-15-at-7.20.24-PMIl y a environ 7 millions d’années, au moment de la séparation progressive de la lignée humaine avec nos plus proches cousins, les chimpanzés et les bonobos, nos ancêtres avaient comme ces singes la peau claire mais couverte de poils. Même s’ils avaient une peau vulnérable aux UV, leurs poils les protégeaient du soleil. Il y a environ 2 millions d’années, en Afrique centrale, nos ancêtres qui étaient jusque là plutôt végétariens sont devenus des chasseurs efficaces en se spécialisant dans la course d’endurance. Ils pouvaient tuer leurs proies en les épuisant à la course aux heures les plus chaudes de la journée. Cette spécialisation a transformé le corps des hommes de deux façons: ils ont perdu leurs poils et ont acquis le pouvoir de suer en grande quantité pour refroidir leur corps pendant une longue course. C’est la lointaine origine des coureurs de marathon.

Une petite précision s’impose ici sur le fonctionnement de la sélection naturelle. Il n’est pas possible de transmettre à ses enfants des caractéristiques acquises au cours de sa vie. Chaque enfant naît par hasard légèrement différent de ses parents. Dans l’exemple précédent, un enfant peut naître par hasard moins poilu que ses parents ou suer plus que ses parents. Si le fait d’être né par hasard avec moins de poils permet à cet enfant d’être un chasseur plus endurant (il a moins chaud quand il court), il pourra transmettre cette caractéristique à ses propres enfants. Les enfants nés aussi poilus au plus poilus que leurs parents ont par contre eu plus de mal à chasser, à se nourrir et à avoir des enfants, ce qui a progressivement fait disparaître leurs caractéristiques des générations suivantes.

Nos ancêtres se sont donc retrouvés il y a environ deux millions d’années avec la peau claire et sans poils en Afrique Centrale. Ils ne sont cependant pas restés longtemps avec la peau claire sans poils, car l’exposition des peaux claires aux UV sans protection pose de gros problèmes pour la santé. L’exposition prolongée aux UV a entre autres le pouvoir de détruire la vitamine B9 (aussi appelée acide folique) présente dans le corps. Comme cette vitamine est indispensable pendant la division cellulaire et la grossesse, la peau de nos ancêtres s’est mise à foncer. Depuis qu’on a compris il y a quelques années le rôle clé de cette vitamine pour la grossesse, on en donne à toutes les femmes enceintes. Comme dans l’exemple des poils, certains enfants sont nés par hasard avec la peau plus foncée que leurs parents. Ils ont eu plus de facilité à avoir des enfants que les autres en conservant mieux leurs vitamines B9 et leur caractéristique s’est imposée dans les générations suivantes.

C’est ainsi que la peau noire a servi de protection solaire naturelle à tous les représentants du genre homo en Afrique Centrale pendant deux millions d’années. Voyons maintenant comment les représentants du genre homo qui sont sortis d’Afrique Centrale ont acquis une peau claire.

Depuis deux millions d’années, plusieurs représentants du genre homo ont quitté l’Afrique Centrale à des dates différentes. Je parlerai ici des hommes de Néandertal (nos lointains cousins) et des homo sapiens (notre espèce à tous), en particulier de ceux qui ont peuplé l’Afrique Australe, l’Europe et l’Asie. Les hommes de Néandertal sont une branche éteinte du genre homo qui a surtout vécu en Europe et dans l’Ouest de l’Asie. La séparation entre le lignage des hommes de Néandertal et le lignage des homo sapiens remonte à environ 600.000 ans, en Afrique. Les Néandertaliens n’ont pour l’instant plus été retrouvés par les archéologues après -30.000. On a découvert récemment qu’ils s’étaient mélangés avec les premiers homo sapiens présents en Eurasie et qu’ils ont transmis entre 1 et 4% de leurs gènes aux homo sapiens non africains actuels. La génétiques des hommes de Néandertal a montré qu’ils avaient la peau claire et pour certains des tâches de rousseur, dont certains d’entre nous ont hérité.

Comment les Néandertaliens ont-ils obtenu une peau claire? Quand les ancêtres des Néandertaliens ont quitté l’Afrique Centrale pour l’Eurasie, ils ont été confronté à un climat de moins en moins ensoleillé. Cela leur a vite posé des problèmes de santé car la source principale de la vitamine D chez l’homme est l’exposition aux UV. La vitamine D permet entre autres de fixer le calcium sur les os et de bien grandir. Le manque de vitamine D peut provoquer une maladie qu’on appelle le rachitisme, dans laquelle les os des jambes sont trop mous pour supporter le poids du corps et deviennent tordus. La peau foncée des ancêtres des Néandertaliens les protégeait du soleil mais empêchait le corps de fabriquer suffisamment de vitamine D car elle bloquait trop la pénétration des UV dans la peau. Ceux qui par hasard sont nés avec la peau plus claire que leurs parents ont mieux grandi dans leur nouvel environnement car ils pouvaient fabriquer une quantité suffisante de vitamine D et ont pu transmettre ce caractère à leurs enfants. Ceux qui sont nés avec la peau plus foncée ont eu plus de mal à grandir et à faire des enfants, et leur caractéristique a disparu des générations suivantes.  La couleur de peau des Néandertaliens était un équilibre entre la nécessité de se protéger assez du soleil pour conserver sa vitamine B9 et la nécessité de laisser passer assez d’UV pour fabriquer de la vitamine D.

Ce scénario s’est reproduit beaucoup plus tard pour les homo sapiens qui ont quitté l’Afrique Centrale depuis 150.000 ans. Il est intéressant de voir que le même problème de vitamine D a entraîné trois solutions différentes chez les homo sapiens. Les premières populations d’homo sapiens d’Afrique Australe, d’Europe et d’Asie ont toutes les trois eu la peau qui s’est éclaircie, mais à chaque fois ce sont des gènes différents qui sont responsables et des nuances de couleur de peau différentes qui sont apparues. Ces gènes ne sont pas non plus les mêmes que chez les Néandertaliens. Les populations San du Sud-Ouest de l’Afrique ont la peau beaucoup plus claire que les populations d’Afrique Centrale, mais leur peau ne ressemble ni à celle des Asiatiques ni à celle des Européens. Cela nous rappelle que la sélection naturelle ne produit pas en général de l’uniformité mais de la diversité. A partir d’un ancêtre commun à tous les poissons, la sélection naturelle n’a pas formé une seule espèce de super poisson qui aurait remplacé toutes les autres mais une très grande variété de poissons de toutes les tailles et de toutes les couleurs, chacun adapté à des niches écologiques différentes.

A quel moment la peau des San, des Européens et des Asiatiques s’est-elle éclaircie? On sait que les ancêtres des San sont arrivés en Afrique Australe il y a 150.000 ans, et que les ancêtres des Européens et des Asiatiques ont peuplé l’essentiel de l’Eurasie à partir d’environ 50.000 ans. Par contre, ils ont dû garder leur peau foncée un certain temps. Les études génétiques sur les populations européennes indiquent par exemple que les principaux gènes actuellement responsables de la dépigmentation de la peau sont apparus il y a moins de 20.000 ans, dans le contexte du dernier maximum glaciaire. Le problème de manque de vitamine D et la pression de sélection semblent avoir été encore plus sérieux à ce moment-là car les températures très basses dans le Nord de l’Eurasie ne devaient pas pousser les homo sapiens à rester trop longtemps dehors.

Quelles conclusions en tirer? Nos ancêtres étaient encore tous noirs il n’y a pas si longtemps à l’échelle de l’histoire du genre homo (un peu plus de 2 millions d’années).  Chez les homo sapiens comme chez les Néandertaliens avant eux, la couleur de la peau vient de l’équilibre entre deux exigences contradictoires: il faut avoir une peau assez foncée pour empêcher les UV de détruire la vitamine B9 et pour avoir de bonnes chances d’avoir des enfants; il faut par contre avoir la peau suffisamment claire dans un environnement peu ensoleillé pour pouvoir fabriquer de la vitamine D pendant l’exposition au soleil. Le résultat est une variété infinie de nuances de couleur de peau chez les populations humaines en fonction du niveau d’ensoleillement du milieu de leurs ancêtres et des métissages successifs entre populations d’origines différentes. La nuance de notre couleur de peau ne nous rend ni plus intelligents ni plus bêtes, ni supérieurs, ni inférieurs, elle permet simplement de réguler notre quantité de vitamines en fonction de l’endroit où habitaient nos ancêtres il y a quelques milliers d’années. Pour ceux qui, volontairement ou involontairement, n’habitent plus du tout sous les mêmes latitudes que ces ancêtres-là, il est recommandé de surveiller régulièrement avec un médecin sa peau, son niveau de vitamine B9 ou de vitamine D pour rester en bonne santé.

Pour en savoir plus sur le sujet des couleurs de peau, vous pouvez regarder la vidéo en anglais de Nina Jablonski de Pennsylvania State University dans les vidéos recommandées ou lire son livre Living Color, Berkeley, University of California Press, 2012. Les recherches sur l’origine de la course d’endurance ont été menées entre autres par Daniel Lieberman de l’université Harvard. Voici une conférence en anglais qu’il a donnée pour la Leakey Foundation.

Pour une présentation en français des adaptations du corps humain à la course d’endurance, vous pouvez regarder le cours de Jean-Jacques Hublin du 13 novembre 2018.

https://www.college-de-france.fr/site/jean-jacques-hublin/course-2018-11-13-17h00.htm

Pour en savoir plus sur la dépigmentation, vous pouvez consulter l’article de Sandra Beleza et alii, The Timing of Pigmentation Lightening in Europeans, publié en 2013 dans Molecular Biology and Evolution et accessible ici:

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3525146/

Vidéos recommandées/ Recommended videos

Je posterai ici au fur et à mesure les vidéos de conférences que je trouve intéressantes. En général, ce ne sera pas des grandes synthèses mais plutôt des éclairages sur des sujets plus précis. J’inaugure la section avec une conférence de Nina Jablonski de Pennsylvania State University, qui explique l’origine des couleurs de peau.

Je recommande aussi la conférence de Michael Frachetti (Washington University in Saint Louis) sur les origines de la route de la soie 2000 ans plus tôt que dans les sources historiques. 

I will post here from time to time videos of conferences I find interesting. In general, they will not be great syntheses but will rather focus on precise topics. I start the section with Nina Jablonski’s conference explaining the origins of skin colors.

I also recommend the conference of Michael Frachetti (Washington University in Saint Louis) on the origins of the Silk Road, 2000 years earlier than the first historical records.  

Nina Jablonski (Pennsylvania State University), Skin Deep: The Evolution of Skin and Skin Color, 2008:
https://www.youtube.com/watch?v=L8Mg1SaL6BY

Michael Frachetti (Washington University in Saint Louis), Open Source Civilization and the Unexpected Origins of the Silk Road 

http://longnow.org/seminars/02018/feb/26/open-source-civilization-unexpected-origins-silk-road/